dimanche  14  juillet  2024 

Tétouan … Toute une histoire !

Tétouan, l’héritage Andalou.

Carrefour des civilisations méditerranéennes, Tétouan est un lieu de rencontre de plusieurs peuples, religions et cultures : andalouse, ottomane, arabo-berbère et européenne et de divers éléments : Mudéjares, Morisques, Juifs séfarades venus de la péninsule ibérique, ce qui lui a valu la dénomination de« Fille de Grenade » ou encore « La petite Jérusalem ».

Tétouan a conservé le savoir faire architectural andalou dans ses murailles, sa kasbah, ses fortification, ses petites maisons et ses grandes demeures ses minarets, ses mausolées, ses fondouks, son réseau traditionnel de distribution d’eau et ses fontaines murales.

Elle garde aussi précieusement un patrimoine immatériel singulier et spécifique dans l’artisanat, la musique, les arts populaires et les traditions et coutumes à travers son héritage vestimentaire et caulinaire.

Tétouan, de la cité antique à la ville Moderne.

Les objets extraits des fouilles provenant de la cité antique de Tamuda située à deux kilomètres de Tétouan, sur la rive sud du fleuve Martil, datent du IIIème siècle avant notre ère et témoignent du peuplement précoce de cette zone. En effet les mauritaniens son à l’origine de la fondation de cette cité. Les Phéniciens y établirent en leur temps un comptoir à l’embouchure du fleuve. La citée fut détruite par les Romains en 42 après J-C.

Tétouan semble avoir existée depuis la conquête arabe, elle fut connue sous le nom de Tittawin qui signifie sources en langue berbère.Le site de Tétouan est mentionné dès le XIème siècle par le géographe andalou Abou Ubayd al-Bakri (1030-1094).

C’est à l’époque des Almohades, au XIIème siècle que la ville a figuré dans les sources marocaines. Des historiens attribuent la fondation de cette ville au soufi andalou Sidi Abdelkader Tabine qui s’installa à Tétouan vers 1148 et il commença à urbaniser le site actuel de Tétouan en édifiant un ensemble de demeures, d’une mosquée, des moulins et une place pour le Souk.

En 1286 Abou Youssef Ya’coub le Mérinide fit construire la Qasba de Tétouan qui a été utilisée comme base militaire pour le siège de Sebta.

Et c’est Abou Tabit l’Emir mérinide qui fit construire en 1307, un grand faubourg de maisons de militaires autours de cette Qasba bâtie par son prédécesseur.

Les répercussions grandissantes des actes guerriers et de piraterie menaçant l’hégémonie ibérique, entraîne la destruction de Tétouan par Henri III de Castille en 1399 et en 1437, par les Portugais de Sebta, Tétouan disparaît, alors, brièvement des textes.

La reconstruction de Tétouan à la fin du XVème siècle par le Grenadin Abou Al Hassan Ali Al-Mandri va marquer un tournant dans l’histoire de la ville, en 1492, la chute du royaume de Grenade provoque l’exode de milliers de Musulmans, vers les cotes marocaines, la ville renaît alors de ses décombres et connaît un essor remarquable à tous les niveaux.

En 1609, le décret d’expulsion des mauresques et des juifs pris par Felipe III a entrainé une vague d’exode vers les pays du Maghreb et en particulier vers Tétouan, plus de 10000 mauresques s’y sont installés, conduisant à l’extension de la ville par la construction de nouveaux quartiers.

Les liens maritimes et commerciaux que la ville entretenait avec les pays du pourtour méditerranéen et ses échanges commerciaux avec le sud, via Fès, ont marqué la vie socio-économique et culturelle de ses habitants au cours des XVIème et XVIIème siècles.

Sous le règne de Moulay Ismaïl, au XVIIIème siècle, Tétouan connaît un nouveau développement économique dû à ses nombreux échanges avec l’Occident. Tout le commerce marocain du XVIIIème siècle avec l’Europe passait par Tétouan,son port de Martil est considéré à l’époque, comme l’un des ports les plus importants du Maroc.

Après l’occupation d’Alger par les Français en 1830, Tétouan reçoit des centaines d’immigrés algériens, d’où l’importance de l’influence ottomane à Tétouan visible dans certaines coutumes et habits tétouanais notamment.

Le XIXème siècle fut une époque de décadence pour Tétouan comme pour tout le Maroc. La sècheresse avec son cortège de famines et d’épidémies, ainsi que la guerre hispano-marocaine ou « guerre de Tétouan » de 1859 à 1862 qui entraîna l’occupation de la ville ont contribué au recul momentané de son rôle politique et économique sur la scène marocaine.

Au XXème siècle, Tétouan, devient la capitale du protectorat espagnol de 1913 à 1956. Elle reprit ainsi un nouvel essor politique, économique et culturel qui s’est traduit par une expansion extramuros en zones urbaines et industrielles et un rôle culturel pionnier et une présence notable sur la scène politique par sa contribution au fondement du mouvement national de libération.

Actuellement Tétouan reste un des pôles académiques majeurs du Maroc, et avec son arrière pays, elle constitue une destination culturelle et touristique attractive.

 

 

H 1

 Photo : Site historique de Tamouda

H 2Photo : Le fort de Sidi Al Mandri et la Qasba Mérinide 

 

H 3Dessin : Tétouan à la fin du XVIIIème siècle

H 4Photo : Tétouan au début du XXème siècle