Mardi 22 Septembre 2020
ArabicFrancais (Fr)

SM le Roi lance à Tétouan le projet d'aménagement et de recalibrage de l'Oued Martil

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a procédé, mardi, au lancement des travaux d'aménagement et de recalibrage de l'Oued Martil, un projet à fort impact environnemental, social, urbain et économique qui s'inscrit dans le cadre du programme intégré de développement économique et urbain de la ville (2014-2018).

Mobilisant des investissements de l'ordre de 880 millions dirhams, ce projet traduit l'intérêt particulier qu'accorde le Souverain à la protection de l'environnement, au développement durable, ainsi que Sa volonté constante de renforcer l'attractivité économique de la ville de Tétouan, d'améliorer les conditions de vie de sa population, et d'ouvrir de nouvelles zones d'urbanisation.

Il procède d'une vision globale et intégré visant, outre la protection des villes de Tétouan et de Martil contre les risques d'inondation, la création sur les berges de l'Oued Martil d'une zone urbaine à même de contenir l'expansion future de la ville de Tétouan et d'accueillir des espaces résidentiels, culturels, de loisirs, de sport, d'affaires, et de commerce.

Le projet d'aménagement et de recalibrage du lit de l'Oued Martil permettra une stabilisation des berges de l'Oued et ainsi une viabilisation de près de 1.600 hectares, susceptibles de soulager la pression urbaine qui s'exerce actuellement sur la ville, plus particulièrement sur l'ancienne médina et le quartier "L'Ensanche", et de permettre à ces deux tissus historiques de renouer avec leur vocation touristique et patrimoniale.

Les terrains viabilisés pourront accueillir des zones dédiées au développement économique et commercial (centres commerciaux), aux grands équipements (gare routière, salle de sport couverte), à l'animation culturelle (Madinat Al Maârifa, centre culturel islamique, complexe culturel, musée) et touristique (corniche, marina, golf, hôtels, résidences touristiques, parcs paysagers, camping), et à l'habitat (logements moyen standing et logements sociaux).

Par ailleurs, une attention toute particulière sera donnée lors de l'aménagement de cette zone à l'intégration des quartiers existants et au respect de la mixité sociale.

Porté par la société d'aménagement de la vallée de l'Oued Martil, le projet d'aménagement et de recalibrage du lit de l'Oued Martil sera réalisé en trois tranches et consistera notamment en l'aménagement d'un canal trapézoïdal de 18,44 kilomètres, la réalisation d'ouvrages d'art permettant de relier les deux rives de l'Oued, et la construction d'ouvrage pour l'évacuation des eaux de pluies. La première tranche de ce projet concernera le tronçon Tamouda-Bouanane (5,3 kilomètres), alors que la deuxième portera sur le tronçon Bouanane Route Méditéranéene (2,96 kilomètres).

Ce projet pilote vient conforter le programme quinquennal de développement économique et urbain de Tétouan qui s'assigne pour principaux objectifs l'amélioration de la qualité et du cadre de vie des populations locales, la valorisation des atouts de cette région, et la consolidation du positionnement de la ville au niveau national.

 Source : MAP (20/102015)

 

S.M. le Roi lance et inaugure plusieurs projets socio-économiques dans le cadre du Programme Tanger-Métropole

Des investissements de 27,5 millions de dirhams destinés à la promotion des conditions socio-économiques des femmes et à la protection des enfants issus de milieux défavorisés

 

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a procédé, lundi 12 Octobre 2015 à Tanger, au lancement et à l'inauguration de plusieurs projets inscrits dans le cadre du programme phare ''Tanger-Métropole'' et destinés à la promotion des conditions socio-économiques des femmes et à la protection des enfants issus de milieux défavorisés.

Le Souverain a ainsi procédé à l'inauguration d'un Centre d'éducation et de formation des femmes au quartier Mghogha Lakbira, et au lancement des travaux de réalisation d'un Centre pour femmes actives au quartier Bir Chifa à Beni Makada, d'une maison de l'Enfant au quartier Bellevue à Mghogha, d'un Centre pour Mères en détresse au quartier Branes et d'une Maison de l'Etudiante ''Dar Attaliba'' au quartier Mghogha Lakbira.

Mobilisant des investissements de l'ordre de 27,5 millions de dirhams, ces projets de proximité traduisent l'intérêt qu'accorde le Souverain au développement de l'élément humain, particulièrement des femmes et des enfants, et Sa volonté constante de doter toutes les franges de la société de moyens et outils d'insertion socio-économique afin de leur permettre de participer activement au développement de leur pays.

 

Le Centre d'éducation et de formation des femmes du quartier Mghogha Lakbira, dont les travaux ont été lancés par S.M. le Roi, que Dieu L'assiste, le 22 mars 2014, a pour principal objectif de soutenir les femmes issues de milieux défavorisés, en les dotant de compétences diverses (art culinaire, pâtisserie, coupe-couture, coiffure-esthétique, broderie) et en leur permettant d'avoir des revenus stables, notamment par le biais d'activités génératrices de revenus et d'emploi.

Fruit d'un partenariat entre l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), l'Entraide nationale, la préfecture de Tanger-Assilah et le tissu associatif, ce Centre (5,2 MDH) permettra également l'alphabétisation fonctionnelle des femmes bénéficiaires, leur sensibilisation, ainsi que l'accueil et l'éducation de leurs enfants de moins de 3 ans.

Le Centre pour femmes actives du quartier Bir Chifa (3,5 millions DH) est destiné pour sa part à assurer aux personnes bénéficiaires une plus grande stabilité sociale et une insertion économique réussie.

 

Réalisé sur un terrain de 1.154 m2, ce Centre permettra aux femmes du quartier de bénéficier de cours l'alphabétisation et de formations dans des métiers générateurs de revenus (coupe-couture, broderie, dessin sur verre et céramique), et, leurs enfants, de suivre une éducation préscolaire de qualité.

Ce projet qui sera réalisé dans un délai de 18 mois est le fruit d'un partenariat entre la préfecture de Tanger-Assilah, la Commune urbaine de Tanger et l'Entraide nationale.

Pour ce qui est de la Maison de l'Enfant (8 MDH), elle a pour missions le développement de l'éveil chez l'enfant, le soutien moral et psychologique des enfants en situation difficile, la participation aux efforts de protection des enfants contre la violence, et l'information, l'éducation et la sensibilisation quant aux droits des enfants.



Espace éducatif et de loisirs par excellence, cette structure sociale comprendra des cellules de suivi médical et psychologique, de protection de l'enfant, et d'assistance judiciaire, un atelier de dessin et de sculpture, des classes de sciences de la vie et de la terre, d'éducation civile, d'éducation religieuse, et d'enseignement de langues étrangères, des salles d'informatique et de soutien scolaire, un club de lecture et une bibliothèque.

La Maison de l'Enfant sera réalisée dans un délai de 18 mois, dans le cadre d'un partenariat entre l'INDH, le ministère de l'Education nationale et de la Formation professionnelle, l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du Nord, la préfecture de Tanger-Assilah, et la commune urbaine de Tanger.

 

Le Souverain a également lancé les travaux de réalisation d'un Centre pour Mères en détresse au quartier Branes, une structure qui permettra d'apporter l'assistance sociale, psychologique et juridique nécessaire aux Mères en situation difficile, de les sensibiliser et de les prendre en charge, ainsi que leurs enfants, dans les meilleures conditions.

Ce projet INDH, réalisé sur un terrain de 635 m2, abritera des salles de suivi médical et psychologique, d'écoute et d'orientation, de planification familiale, d'assistance juridique, une médiathèque, une salle de gymnastique, un pavillon d'hébergement provisoire des mères en détresse d'une capacité de 30 lits, un réfectoire, une aire de jeu, un salon, et une crèche.

 

Ce Centre (4,5 MDH) est le fruit d'un partenariat entre l'Initiative nationale pour le développement humain, le ministère de la Santé, l'Entraide Nationale, la préfecture de Tanger Assilah, la Commune urbain de Tanger et l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du Nord.

Quant à la Maison de l'Etudiante Dar Attaliba , elle sera construite au quartier Mghogha Lakbira sur un terrain de 850 m2 et aura pour objectif de lutter contre le décrochage scolaire des jeunes filles, notamment des filles du monde rural et de celles issues de familles défavorisées.

Abritant des dortoirs, un réfectoire, une salle polyvalente, une salle de lecture, une infirmerie, et une bibliothèque, cet établissement (6 MDH) sera réalisé dans un délai de 18 mois dans le cadre d'un partenariat entre l'INDH, le ministère de l'Education nationale et de la Formation professionnelle, la préfecture de Tanger-Assilah, la Commune urbaine de Tanger, et l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du Nord.

 

Ces différents projets conforteront l'offre sociale au niveau de la ville de Tanger, permettant ainsi à la population de s'inscrire amplement dans la dynamique de développement multidimensionnelle que connait la Cité du Détroit.

 Source : Le Matin

 

SM le Roi inaugure à Tanger la première tranche du marché de proximité  "Beni Makada"

 

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a procédé, lundi 28/09/2015 à l’arrondissement M’Ghogha (préfecture de Tanger-Assilah), à l’inauguration de la première tranche du marché de proximité  »Beni Makada », une nouvelle concrétisation du programme phare  »Tanger-Métropole ».

Doté d’une enveloppe budgétaire de l’ordre de 38,6 millions de dirhams, ce projet socio-économique, dont les travaux ont été lancés par le Souverain le 26 septembre 2013, traduit la volonté permanente de Sa Majesté le Roi d’être à l’écoute des attentes et des besoins des citoyens et d’assurer à tout un chacun les conditions d’une vie digne et prospère.

Il vise la promotion des conditions de travail des commerçants, la sédentarisation des marchands ambulants, l’éradication des constructions insalubres, la libération des voies et espaces publics, et l’embellissement du paysage urbain. Ce projet ambitionne également la promotion de l’économie solidaire, l’intégration du commerce informel dans le tissu économique, l’amélioration de la qualité et de la sécurité sanitaire des produits commercialisés, et le développement de l’infrastructure économique et commerciale de la ville.

Répondant aux normes d’accessibilité et de sécurité, la première tranche du marché de proximité  »Beni Makada » (6.772 m2) a consisté en la construction de 275 commerces destinés à la vente de produits alimentaires, de produits de terroir, des fruits et légumes, du poisson, des viandes et des produits de textile, et de cinq locaux pour diverses activités (caféteria ), outre l’aménagement d’un espace pour les travailleurs journaliers, de deux parkings et d’une place publique.

A cette occasion, SM le Roi, que Dieu L’assiste, a procédé au lancement de la deuxième tranche (6.600 m2) dudit projet qui consisterait en la construction, dans un délai de 12 mois, de 351 commerces, d’un marché de poissons et d’un autre de viandes, d’une chambre froide et d’une cafétéria, pour un investissement global de plus de 35,7 millions de dirhams.

Fruit d’un partenariat entre le ministère de l’Intérieur, la préfecture de Tanger-Assilah et la Commune urbaine de Tanger, ce projet pilote contribuera à la promotion des conditions socio-économiques de milliers d’habitants, ainsi qu’à la dynamisation de l’activité économique au niveau de la ville de Tanger qui vit au rythme de grands chantiers initiés par SM le Roi Mohammed VI pour le bien-être et la prospérité de l’ensemble des citoyens.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a, par la suite, procédé à la remise symbolique de clés de locaux commerciaux au profit de 10 bénéficiaires de la première tranche du marché de proximité  »Beni Makada ».

 Source : MAP

   

Sa Majesté le Roi Mohammed VI lance les travaux de construction du Centre hospitalier universitaire de Tanger

Sa Majesté le Roi Mohammed VI lance les travaux de construction du Centre hospitalier universitaire de Tanger


Le 22/09/2015, Sa Majesté le Roi a lancé les travaux de construction du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Tanger qui mobilise une enveloppe budgétaire de 2,33 milliards de dirhams, est financé par le Fonds qatari pour le développement.

Le CHU de Tanger sera réalisé sur une superficie de 23 hectares (89 072 m2 couverts), sur un terrain contigu à l'hôpital d'oncologie (en cours de réalisation) et bordé au nord-est par la future faculté de médecine et de pharmacie. D'une capacité de 771 lits, il comportera notamment un pôle "Mère-Enfant", un pôle Médico-chirurgical, un bloc opératoire comportant 15 salles chirurgicales centrales et une salle de brûlés graves, des pôles d’excellence (urgences, trauma center), un laboratoire central, une unité de télémédecine, des services de formation, un centre de simulation, et d’autres dépendances administratives et techniques.

A noter qu’il s’agit d’un hôpital de référence de 3ème génération.

 

 « L’Appel de Tanger » pour une action solidaire et forte en faveur du climat

 

 

 ''Le changement climatique constitue l'une des plus graves menaces pour l'Humanité dans son ensemble. Le Maroc et la France sont gravement préoccupés par ses impacts négatifs croissants sur l'environnement, sur le développement économique et social, ainsi que sur la paix et la sécurité internationale. 

A la veille de la 21ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris à la fin de l'année 2015 et dans la perspective de la 22ème Conférence des parties, que le Maroc se propose d'accueillir en 2016 à Marrakech, nous lançons un appel à la communauté internationale pour amplifier la lutte contre le dérèglement climatique. 

L'urgence requiert de notre part une action solidaire et forte en faveur du climat. Il nous faut agir vite, bien et collectivement. Les décisions que nous prendrons au plan international doivent aller de pair avec les initiatives tangibles et rapides sur le terrain. 

Alors que la communauté internationale s'apprête à adopter en septembre dans le cadre des Nations Unies des objectifs du développement durable, il est impératif de saisir les occasions des conférences de Paris et de Marrakech pour accélérer la transition vers une 'économie mondiale verte'', conciliant les aspirations légitimes au développement avec les impératifs de durabilité des ressources et de réduction des risques environnementaux. 

La bataille contre le dérèglement climatique est une bataille pour le développement. Elle peut et doit être intégrée dans les politiques nations de développement durable, que ce soit sous l'angle de la sécurité alimentaire, de l'accès aux énergies renouvelables ou de la lutte contre la précarité. 

Le clivage Nord-Sud n'est pas une fatalité. La lutte contre le dérèglement climatique peut être un combat commun si elle est appréhendée sous le sceau de la responsabilité commune, mais différenciée de la solidarité et de l'engagement de tous à agir. 

Le Maroc et la France sont engagés à n'épargner aucun effort pour œuvrer en faveur de l'adoption lors de la Conférence de Paris d'un accord universel, global, durable, équilibré et juridiquement contraignant, s'appuyant sur les objectifs et les principes de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et permettant de limiter le réchauffement climatique en deçà de deux degrés Celsius et de parvenir à une économie décarbonée. Au regard de cet objectif, un rehaussement régulier de nos efforts nationaux et de notre effort collectif est nécessaire. La Conférence de Marrakech constituera une étape importante dans ce sens. Cet effort de long terme passe par la publication par tous les pays de contributions nationales d'ici la Conférence de Paris et par l'élaboration de plans nationaux de développement sobres en carbone et d'adaptation à long terme. 

Une grande attention doit être portée aux pays en développement, y compris les pays les moins avancés et les petits Etats insulaires en développement, qui sont les plus vulnérables face au dérèglement climatique. Il conviendrait d'accorder la même importance à l'adaptation aux impacts du changement climatique et à l'atténuation des émissions de gaz à effet de serre. L'efficacité et le niveau d'ambition de l'action menée par les pays en développement contre le changement climatique sera d'autant plus forte que des moyens complémentaires, conséquents et stables seront mobilisés en leur faveur. 

Nous appelons les pays développés à préciser le soutien financier qu'ils apportent déjà et apporteront dans les prochaines années afin d'atteindre l'objectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an à compter de 2020, de sources publiques et privées, en faveur d'actions de lutte contre le changement climatique dans les pays en développement. 

Les institutions financières internationales, régionales et nationales devront être davantage encouragées à favoriser le financement des projets ayant un bénéfice pour le climat et à intégrer la prise en compte des risques climatiques dans leurs décisions. 

Nous encourageons un renforcement des partenariats internationaux de recherche et développement et de transfert de technologies, ainsi que des programmes de renforcement de capacités, afin d'accélérer la diffusion dans les pays en développement des technologies propres. 

Pour être crédibles, les engagements qui seront pris par les Parties au plan international devront s'appuyer sur des actions volontaristes à l'échelle mondiale et locale. A cet égard, une mobilisation encore plus forte des autorités locales, des entreprises, des organisations non gouvernementales et des individus et un complément indispensable à l'action des Etats. 

Une mobilisation durable et efficace contre le changement climatique implique un meilleur accès à l'éducation et à l'information en matière d'environnement. Plus grande est la connaissance des problématiques environnementales, meilleure est la compréhension des enjeux qui leur sont liés et plus entreprenante est l'action contre le dérèglement climatique. 

Conjugué à l'accroissement démographique, le dérèglement climatique exerce une pression grandissante sur les écosystèmes déjà vulnérables et des agricultures déjà fragiles en Afrique. Un appui additionnel et rapide est indispensable pour accompagner les pays africains dans leurs efforts de développement durable. Le Maroc et la France sont pleinement engagés dans ce sens et prêts à renforcer encore leur soutien, y compris dans le cadre de la coopération triangulaire. 

Convaincus que les conférences de Paris et de Marrakech doivent être des étapes complémentaires au service de l'avancement de la lutte contre le changement climatique, nous sommes convenus de travailler, main dans la main, pour la réussite de ces deux rendez-vous, dans l'esprit de coopération, de solidarité et d'excellence qui a toujours marqué le Partenariat d'exception entre le Royaume du Maroc et la République Française''.

 

Source : MAP

   

Page 4 de 6