Mercredi 05 Août 2020
ArabicFrancais (Fr)

L'Agence pour la Promotion et le Développement du Nord a accueilli, du 26 Juin au 1er Juillet, une délégation de responsables du Commissariat Général au Développement Régional (CGDR) de la République de Tunisie. Cette visite d'étude, fruit de plusieurs rencontres de travail entre les deux institutions, a permis de faire bénéficier la délégation de l'expertise de l'Agence en matière de développement territorial intégré.

Le CGDR est un organisme étatique national. Il est chargé d'accompagner les autorités sectorielles dans l'élaboration et la mise en œuvre de plans régionaux de développement.

Le programme de la visite s'est déroulé dans plusieurs provinces de la région de Tanger-Tétouan. Il a été organisé autour des principaux programmes qu'appuie l'Agence, à savoir, le Programme de Développement Intégré, les Programmes de Développement Urbain et le Programme d'Accompagnement à l'Elaboration des Plans Communaux de Développement.

Le Programme de Développement Intégré (PDI), mis en œuvre entre 2009 et 2011, est un des projets phares de l'Agence. Doté d'un budget de plus d'1 milliard de dirhams, il a permis de faire converger une dizaine d'acteurs institutionnels autour des problématiques économiques et sociales dans 96 des communes les plus démunies du Nord. L'Agence a assuré la coordination et la mise en oeuvre de plus de 100 projets du PDI. Dans le cadre de la visite, la délégation a pu rencontrer plusieurs acteurs associatifs et élus locaux dans des communes bénéficiaires du programme.

Le Programme d'Accompagnement à l'Elaboration des PCD a été exécuté dans le cadre d'un partenariat avec la Direction Générale des Collectivités Locales. Son objectif était d'appuyer 188 communes rurales du Nord dans toutes les étapes de la planification locale. La délégation a ainsi rencontré plusieurs élus locaux pour mieux comprendre l'approche participative et les méthodes de diagnostic territorial qui ont été utilisées durant le programme.
La délégation s'est aussi rendue dans plusieurs villes, dont Chefchaouen, Tétouan, Mdiq et Tanger, où plusieurs projets de réhabilitation et de mise à niveau urbaine ont été visités. Parmi les projets réalisés par l'Agence, la délégation a parcouru la côte aménagée entre Mdiq et Fnideq, longé les murailles des médinas de Chefchaouen et Tétouan et emprunté la voie de contournement de l'ancien port de Tanger Ville.

Au sujet des enseignements tirés de la visite, le chef de la délégation, M.Hassene Karou, Directeur de la coordination et du suivi auprès du CGDR, a noté « la grande importance accordée par l'Agence à l'implication des acteurs locaux, en particulier le tissu associatif, dans la programmation et la mise en œuvre des actions de développement ». Il s'est aussi attardé sur l'approche utilisée pour l'élaboration des PCD et leur grande cohérence avec les besoins exprimés par les populations, « qui devraient désormais permettre aux communes de mobiliser des financements plus facilement ».

Une séance de travail a été organisée à la fin de la visite, pour présenter la stratégie d'intervention de l'Agence pour la période 2013-2017. Un ensemble de best practices en matière de développement intégré ont été revues en détail au profit de la délégation, qui a exprimé le souhait de les incorporer dans ses propres programmes.

 

Le programme Tanger-Métropole est conçu pour être un modèle urbain inédit au Maroc et sur la rive sud de la Méditerranée. Il permettra à la ville du détroit de se hisser au niveau des grandes métropoles internationales.

La totalité de ce plan de développement s'étalera sur une période de cinq ans, de 2013 à 2017, et représente 7,663 milliards de dirhams d'investissements.

Ce programme va accélérer le développement de la ville et placer Tanger comme une destination de premier plan.

S'agissant de l'environnement urbain, de nouveaux accès vont être créés pour le désengorgement de la ville ainsi qu'un périphérique qui reliera l'Atlantique à la Mer Méditerranée. Cela permettra de maitriser et d'anticiper les flux de Tanger. Dans un objectif de réorganisation spatiale et économique, l'ensemble des services communaux générant du trafic routier sera déplacé en périphérie. Cela permettra également de libérer du foncier.

Le programme Tanger-Métropole prévoit ainsi la création d'un troisième axe autoroutier, d'une route côtière, le dédoublement des routes provinciales, la création de grandes voies de contournement comme celle reliant l'Atlantique à la Méditerranée "Rocade des deux Mers", la généralisation des voies dans les quartiers, la création des passages dénivelés et de parkings souterrains à l'intérieur de la ville et d'une voie côtière atlantique "Rocade Océanique".

Cette politique urbaine sera accompagnée par une attention particulière accordée aux enjeux environnementaux dans un objectif de durabilité. Ainsi, la dépollution du littoral sur un axe qui s'étale de Cap Malabata à Assilah en passant par Cap Spartel sur 65 km sera réalisée. Les affluents des oueds traversant la ville et ses quartiers seront également dépollués.

Enfin, la corniche de Tanger sera totalement réaménagée et de nombreux espaces verts seront créés dans les différents quartiers.

Pour ce qui est de l'environnement social, Tanger sera renforcée par la construction de 25 nouveaux établissements scolaires et de 21 crèches, mais aussi par l'extension de 4 écoles et la reconversion de 166 classes en préfabriqué en construction en dur et le branchement de tous les établissements scolaires aux réseaux d'eau et d'électricité.

En terme d'offre de santé, 4 nouveaux dispensaires seront créés et 6 centres de santé requalifiés. L'hôpital Mohammed V sera réhabilité, un établissement pour les urgences sera créé ainsi qu'un centre de santé polyvalent.

En ce qui concerne le domaine sportif, Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu L'assiste, a donné Ses Hautes Instructions pour que Tanger soit dotée d'une cité des sports sur 60 hectares aux standards internationaux. Elle abritera une piscine olympique, un grand complexe de tennis avec une cour centrale, 3 salles couvertes multidisciplinaires, 6 terrains de football et d'autres terrains pour le basket-ball et le volley-ball, ainsi qu'un terrain de pétanque. La cité des Sports comprendra un hôtel, une clinique sportive et une zone d'animation abritant un Mall commercial réservé exclusivement aux articles de sport.

L'offre sociale, quant à elle, connaitra la création de centres pour les jeunes, le renforcement des compétences des femmes. Il y aura de nouvelles offres sociales pour les personnes à besoin spécifique et celles à mobilité restreinte.

En ce qui concerne l'environnement économique, Tanger est le deuxième pôle économique du Maroc après Casablanca. L'activité industrielle de Tanger est diversifiée : industries textiles, chimiques, mécaniques, métallurgiques et navales. La ville dispose actuellement de quatre zones industrielles dont deux ont un statut de zone franche : La Zone franche de Tanger et la Zone franche portuaire. Une réserve industrielle sera créée au Sud de la ville à proximité de l'échangeur autoroutier. L'ensemble des équipements communaux seront transférés à l'extérieur de la ville pour offrir aux citoyens des services fonctionnels rapides et de qualité.

Les activités économiques dites bruyantes seront placées dans des zones d'activités spécifiques en vue d'atténuer les désagréments inhérents à ce type de métier et les conditions d'hygiène seront améliorées.

Il sera procédé également à la construction et la réhabilitation des marchés de proximité pour améliorer les conditions d'hygiène et de salubrité, et pour le recasement des marchands ambulants.

Ce nouvel environnement économique intègre aussi le volet touristique, à la fois pour protéger et mettre à niveau les sites existants mais aussi pour développer les circuits touristiques de la ville.

Dans le volet environnement culturel, la capitale du Nord est connue mondialement pour son patrimoine historique et culturel.

Un projet de grande ampleur lancé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste, sera consacré à la réhabilitation du patrimoine tangérois notamment pour les célèbres grottes d'Hercule, la villa Harris et le jardin de Rmilate. Il permettra également de créer de nouveaux équipements qui auront un rayonnement national et à leur tête, le Palais des Arts et des Cultures, qui a comme objectif de réconcilier la ville avec son prestigieux passé culturel. Un grand théâtre s'ajoutera aux infrastructures qui redonneront sa vocation culturelle à Tanger.

Quant à l'environnement culturel, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, a donné ses Hautes Instructions pour renforcer l'offre en matière de lieux de culte. En effet, le développement démographique et l'extension des zones d'habitat à Tanger imposent de nouvelles infrastructures pour l'exercice du culte. Ce volet comprend deux actions majeures à savoir, la construction de 11 nouvelles mosquées et parallèlement la réhabilitation de 7 mosquées pour permettre aux citoyens d'accomplir leur rite religieux en toute quiétude.

A cette occasion, SM le Roi a présidé la cérémonie de signature de la convention relative au programme Tanger-Métropole (2013-2017).

Cette convention a été signée par MM. Abdellah Baha, ministre d'Etat, pour le ministère de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, Mohand Laenser, ministre de l'Intérieur, Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques, Mohamed Nabil Benabdellah, ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Politique de la ville, Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, ministre de l'Economie et des Finances par intérim, Mohamed Louafa, ministre de l'Education nationale, Mohamed Ouzzine, ministre de la Jeunesse et des Sports, Aziz Rebbah, ministre de l'Equipement et du Transport, El Hossaine Louardi, ministre de la Santé, Abdelkader Amara, ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies et Mohammed Amine Sbihi, ministre de la Culture.

Elle a été également signée par MM. Abdeladim El Hafi, haut-commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la désertification, Mohamed Yacoubi, wali de la région Tanger-Tétouan, Rachid Talbi Alami, président du conseil régional, Abdelhamid Aberchane, président du conseil préfectoral Tanger-Assilah, Fouad Omari, président de la commune urbaine et de l'autorité délégante de la gestion déléguée des services d'assainissement liquide et de distribution d'eau potable et d'électricité de Tanger, Abdelouafi Laftit, président directeur général de la société d'aménagement pour la reconversion de la zone portuaire de Tanger ville (SAPT), Rabie Lakhlie, directeur général de l'ONCF et Othman Fassi Fihri, directeur général de la société nationale des autoroutes du Maroc.

SM le Roi, que Dieu L'assiste, a, par la même occasion, procédé au lancement des travaux de réalisation de plusieurs projets inscrits dans le cadre du programme Tanger-Métropole.

Source : MAP

 

JT de 2M du 26/09/2013 :

 

 

 

 

 

 

 

Le 1 er novembre 2013, Monsieur le Gouverneur de Taza a présidé le lancement du Plan de Développement 2013-2017 de la province pour l'Agence du Nord dans le cadre de la mise en œuvre de sa plateforme stratégique 2013-2017 avec la participation des représentants communaux, des services extérieurs et d'autres acteurs provinciaux et locaux.

La plateforme stratégique 2013-2017 de l'Agence se base sur une approche participative globale capitalisée par la quantification, l'analyse et la priorisation des besoins des populations selon une démarche scientifique et la définition d'indicateurs descendant à l'échelle des communes et douars. Cette approche implique la participation réelle des populations et de leurs représentants à l'élaboration des stratégies, priorités et projets avec l'appui des services extérieurs. Elle se base essentiellement sur l'accompagnement de tout le processus d'élaboration et de consolidation des Plans Communaux de Développement comme processus réaliste de planification et de développement local inclusif.

A ce titre, le programme d'accompagnement de l'élaboration des PCD dans la province de Taza, fruit d'un partenariat entre la Direction Générale des Collectivités Locales, l'APDN et l'association TARGA a compté pas moins de 52 950 enquêtes foyers, 814 enquêtes douars, 157 ateliers inter-douars et la formation de 140enquêteurs. Sans compter la tenue d'un forum de développement participatif, d'ateliers de planification stratégique et/ou de programmation dans les différentes communes ainsi que l'élaboration de rapports d'état des lieux communal et de cadres logiques détaillés. Le coût global de ces PCD se chiffre à près de 3.3 milliards de DHS dans les 38 communes rurales et urbaines concernées sur un horizon de programmation de 3 ans et de planification de 6 ans.

Par ailleurs, le processus de consolidation des PCD accompagné par l'APDN a compté plusieurs ateliers de synthèse notamment l'Atelier préparatoire de la mise en cohérence des PCD tenu le 31/01/2012, l'Atelier provincial de la mise en cohérence des PCD tenu le 23/04/2012 ainsi qu'une coordination avec les divisions de la province et de nombreux contacts avec les présidents et équipes communales. Auxquelles s'ajoutent des visites dans les communes ayant une problématique critique d'enclavement social matérialisées par un très faible Indice d'Enclavement Social.

Le plan de développement 2013-2017 dans la province de Taza a ainsi pour thème « Notre stratégie au service de vos ambitions » avec la population comme prescripteur du développement, le représentant élu comme stratège et l'Agence comme catalyseur et opérateur. La vision de développement proposée étant ainsi « Faire de Taza une province disposant de l'infrastructure de base et de développement nécessaire et caractérisée par la mise en valeur durable et compétitive des productions locales ».

Sa concrétisation se base sur une intervention de l'Agence sur 4 problématiques témoignant de préoccupations majeures des populations.

D'abord, une problématique de mise à niveau territoriale avec certaines zones connaissant des problématiques d'enclavement social dans 6 communes rurales (Bouyablane, Tazarine, Maghraoua, Maknassa Charkia, Gueznaia Janoubia, Jbaraa).

Puis d'accessibilité aux secteurs socio-éducatifs et aux services de base notamment en période de crue et nécessitant des infrastructures de transit prioritaires.

Puis, un déficit global au niveau de la province au niveau du secteur de l'éducation et des équipements de santé mobile notamment dans les zones montagneuses et enclavées. Auquel s'ajoutent des difficultés générales de l'activité économique notamment en milieu rural marquée par une forte vulnérabilité.

Enfin, une problématique d'intégration économique marquée par la faiblesse de l'industrie et des services.

Suite à l'identification de ces axes prioritaires par une démarche scientifique appuyée par des indicateurs précis, les projets relatifs à ces axes ont été essentiellement choisis dans les actions prioritaires et leviers proposées dans les PCD au niveau local et répartis selon les 4 programmes suivants pour un budget global de près de 325 MDH :

Programme « Mise à niveau territoriale prioritaire » : 130 MDH
Programme «Réduction de la vulnérabilité et amélioration des conditions économiques des populations » : 69 MDHS
Programme « Amélioration des conditions de vie / amélioration des services aux populations» : 97 MDH, 173 projets dans le secteur de l'éducation et la santé mobile
Programme « Intégration économique » : 29 MDH avec des projets intégrés
Pour la tranche 1 du programme, des projets de divers axes et marqués par un fort degré de priorité ont été retenus pour 65 MDHS.

   

A l'occasion de la visite royale dans la Province d'Al Hoceima, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'Assiste, a inauguré le 29 juin 2013 les projets d'un marché de gros et d'un abattoir moderne, situés à Aït Youssef Ouali, d'un coût global de 46.6 MDH.Conformément à sa stratégie de développement intégré, et à l'instar du projet de la décharge contrôlée réalisée, l'APDN a continué la concrétisation de sa vision par la réalisation des projets du marché de gros et de l'abattoir au profit du groupement intercommunal Nekkor Ghiss, constitué de quatre communes urbaines et de quatre communes rurales, encourageant ainsi la synergie entre les communes pour rehausser le niveau des équipements communaux et accélérer le développement de la province.
L'investissement global dans ces projets, au bénéfice du Groupement, qui augmentera ses recettes et pourra autofinancer ses futurs projets, a atteint près de 100 MDH.

Le projet de l'abattoir moderne est réalisé en partenariat avec l'Agence Andalouse de Coopération Internationale et de Développement et le groupement intercommunal, visant ainsi à l'amélioration des conditions de production, de stockage, de contrôle et de distribution des viandes rouges, et pour éliminer les anciens abattoirs polluant l'environnement et les plages limitrophes, ne respectant pas les conditions d'hygiène. Ce projet s'étend sur une superficie globale de 1 Ha dont 2.800 m² couverte, et a été doté de tous les équipements d'abattage, de découpage, de tri, de traitement des déchets, et respectant les normes internationales.

Le projet du marché de gros est réalisé par l'APDN, en partenariat avec le Direction Générale des Collectivités Locales, au profit du même Groupement, sur une superficie globale de 3 Ha dont 4000 m² couverte. Ce projet vise l'amélioration des conditions de vente et de stockage des fruits et légumes, et l'élimination du point noir situé au centre de la ville d'Al Hoceima, causé par l'actuel marché de gros.

Ces deux projets constituent le noyau d'une zone commerciale intégrée située à proximité de la route nationale 2 et de la rocade méditerranéenne, reliant les trois régions du Nord. Ils donnent une nouvelle dynamique aux infrastructures de base dans le domaine du commerce et des services. Cela permettra de renforcer l'attractivité territoriale et la vocation touristique d'Al Hoceima.

 

A l'occasion de la visite royale dans la Province d'Al Hoceima, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'Assiste, s'est enquis le 29 juin 2013 du projet de construction du complexe commercial de la ville de Bni Bouayach, d'un coût global de 40 MDH.Conformément à sa stratégie de développement intégré, dans l'objectif d'améliorer l'offre commerciale ainsi que les revenus des commerçants, et à l'instar du Complexe Commercial Mirador qu'elle a réalisé dans la ville d'Al Hoceima, l'APDN, en partenariat avec la Direction Générale des collectivités locales, réalisera le projet d'un complexe commercial dans la ville de Bni Bouayach, qui s'étendra sur une superficie globale de 17.400 m², dont 11.760 m² couverte comportant les équipements suivants :
253 boutiques de différentes superficies
Une halle aux poissons, équipée d'une chambre froide et de deux unités de fabrication de glace d'une production de 800 kg/jour chacune, pour valoriser la commercialisation du poisson
Parking sous sol pour 80 véhicules
Restaurants, cafés et airs de jeux pour enfants
Administration et autres commodités de fonctionnement
Station des grands taxis à l'air libre
Ce projet permettra aux commerçants d'exercer leur activité dans de bonnes conditions, et l a création d'un espace de repos et de loisir profitera aux habitants de la ville et aux usagers de la route nationale 2.

 

   

Page 25 de 27

Autres actualités des projets