Lundi 30 Janvier 2023
ArabicFrancais (Fr)

Tangier, Morocco: Success on the Strait of Gibraltar

tanger straigt of gibraltar

Modern factories, seaport terminals, and technical schools, plus priceless cultural monuments: Tangier, Morocco

In late 2014, the World Bank’s Competitive Cities team visited the Moroccan city of Tangier, to carry out a case study of how a city in the Middle East & North Africa Region managed to achieve stellar economic growth and create jobs for its rising population, especially given that it is not endowed with oil or natural gas reserves like many others in the region.
 
In just over a decade, this ancient port city went from dormant to dominant. Between 2005 and 2012, for example, Tangier created new jobs three times as fast as Morocco as a whole (employment growth averaged 2.7% and 0.9% per year, respectively), while also outpacing national GDP growth by about a tenth. Today, the city and its surrounding region of 
Tanger-Tétouan is a booming commercial gateway and manufacturing hub, with one of Africa’s largest seaports and automotive factories, producing some 400,000 vehicles per year (with Moroccan-made content at approximately 35-40%, and a target to increase that share to 60% in the next few years). The metropolitan area now boasts multiple free trade zones andindustrial parks, while also thriving as a tourist destination. As in our previous city case studies, we wanted to know what (and who) drove this transformation, and how exactly it was achieved.

Both geographically and metaphorically, Tangier sits at the crossroads of trade routes and civilizations – on African soil, but just a few miles from Europe’s southern shores. Throughout its history, this exceptional location has attracted merchants, bankers, artists, vacationers, and all manner of adventurers, becoming a cosmopolitan, multilingual place, highly tolerant of diversity.
 
But the second half of the 20th century was not easy on the city. Closed markets and high trade barriers had relegated Tangier to peripheral status within Morocco’s economy. Some industrial capacity and know-how did develop locally, but with limited reach. Tourists passed through en route to/from Spain, but the city was not a major travel destination in its own right.
 
With the accession in 1999 of 
King Mohammed VI, who personally prioritized the development and better integration of northern Morocco, Tangier’s fortunes began to improve dramatically. In the 2000s, the Moroccan government embarked on a massive investment in infrastructure, including the vast new Tanger-Med seaport, modern rail and road links, upgraded airports, as well as a range of market-opening initiatives such as free trade agreements, open skies airline travel, and relaxed investment and visa regimes. Such measures benefitted the whole country, but especially gateway cities such as Tangier.
 
These national “enabling” interventions were accompanied by highly successful local ones. In consultation with the business community, the city and regional governments embarked on a host of “place-making” initiatives to improve the quality of life for Tangier’s residents and visitors alike, from better water supply and waste management, to the preservation of green spaces, restoration of cultural monuments and beaches, and reduced traffic congestion and pollution through more effective geospatial planning. Meanwhile, the city’s old port of 
Tanger Ville is being redeveloped, helping to attract cruise ships, the construction of a new marina, and the relocation of fishing vessels and accompanying industries.
 
Tangier’s renaissance can in part be attributed to its reliance on an innovative public-private delivery model for national and local policies, rather than a more conventional government-only approach. Displaying a nimbleness and flexibility more typically associated with private-sector firms, corporatized entities such as the 
Tanger-Med Special Agency (TMSA) bring together various stakeholders involved in trade, investment attraction, workforce development, and regional decision-making. Such an approach has contributed to Tangier’s ability to be responsive to the needs of private-sector investors (especially foreign ones), as exemplified by the establishment of cutting-edge facilities to train workers with the skills needed by Tangier’s emerging industries like automotive and aerospace.
 
Besides this, why has the implementation of a major national initiative been so successful in Tangier? And why have the accompanying local interventions been so effective in stimulating sustainable growth and fostering job creation? Three main reasons stand out. First, Tangier has shrewdly capitalized on its inherent advantages (geographic, 
cultural, linguistic, industrial) to attract investment and tourists, upgrade local technologies and workforce skills, and help local firms integrate into global supply chains; it has focused on attainable and realistic goals, not merely aspirational ones. Second, within the scope they have, local leaders have demonstrated strong business acumen, and a capacity to act in concert and effectively utilize information feedback loops, ensuring the responsiveness of higher tiers of decision-makers in Morocco. Finally, the city’s manageable size (about a million inhabitants) makes it easier to get things done, as most key players know each other and interact on an almost daily basis. Without the interplay of such factors, Morocco’s massive investment in infrastructure could have amounted to little more than just concrete poured onto a once-pristine Mediterranean beach.
 
The Tangier case study is the final one in a series of six reports on economically successful cities, one from each world region, produced by the World Bank’s team with funding from the Competitive Industries and Innovation Program (CIIP), which will be published in late 2015. These reports will provide a more detailed account of exactly what each city did to achieve the success that it has, and how it went about doing so.
 

Source : the World Bank, le 25/11/2015

 

Energies renouvelables: le financement du parc éolien Khalladi à Tanger est bouclé

parc khalladi

Le Maroc poursuit sa transition énergétique. Alors que la COP21 (la conférence mondiale sur le climat) vient de s’ouvrir à Paris, le groupe saoudien ACWA Power annonce avoir bouclé le financement de son premier projet en production privée d'électricité en énergie éolienne au Maroc.

Dans le détail, ce financement porte sur le développement, la construction, la propriété et l'exploitation du parc éolien Khalladi, d’une capacité de 120 MW, situé à une trentaine de kilomètres de Tanger, et développé par l’équipementier Vestas. Le parc Khalladi devrait entrer en service au dernier trimestre de 2016, indique le groupe Acwa sur son site Internet.

Le financement a été organisé sur la base d'une dette long terme du projet avec notamment l'apport de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) en collaboration avec le Fonds pour les technologies propres (Clean Technology Fund - CTF) et la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE). Le coût global du projet d’élève à 1,6 milliard de dirhams, indique site de groupe saoudien sur son site.

Le projet Khalladi sera le premier projet en énergies renouvelables financé par la BERD au Maroc et basé uniquement sur un financement contractuel en dehors de toute subvention. Il s’agit aussi du premier projet développé par ACWA Power dans le cadre de la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables, qui permet aux producteurs privés d'électricité d'approvisionner en direct des clients connectés au réseau haute tension notamment des industriels.

Le Maroc, qui devrait accueillir la COP22, vise à atteindre 42% de la capacité installée en énergies renouvelables d'ici 2020, dans le cadre d’un ambitieux plan de développement des énergies.

Source : Huffington post, le 01/12/2015

 

abatoirs ok360

Sur les 179 abattoirs que compte le Maroc, un seul est conforme aux normes de l’ONSSA. Tout le reste est vétuste, insalubre et inadapté à l’environnement urbain.

Un seul abattoir sur les 179 unités dont dispose le Maroc est conforme aux normes définies par l’Office national de sécurité sanitaire de produits alimentaires (ONSSA), l’organisme en charge de contrôle et d’agrément des abattoirs. Il s’agit d’un abattoir à Al Hoceima qui vient d’obtenir un agrément en début d’année pour l’abattage, nous apprend le quotidien “Al Ahdath Al Maghribia” dans son numéro du mardi 24 novembre.

Le reste des abattoirs municipaux est considéré comme vétuste et ne répond ni aux critères ni aux normes hygiéniques et sanitaires figurant dans les cahiers des charges, nous révèle la publication.
Quel est le degré d’hygiène des viandes abattues? Quels sont les dangers que représente l’abattage insalubre sur la santé humaine ? s’interroge le journal arabophone qui précise qu’entre l’abattage et la préparation de la viande, il y a tout un processus qui doit être respecté. Mais la réalité est toute autre, constate “Al Ahdath Al Maghribia”.

Situations hygiéniques "lamentables"
Les abattoirs des collectivités urbaines se trouvent dans des situations hygiéniques "lamentables", au même titre que les abattages ruraux qui pullulent à travers tout le royaume, s’indigne le quotidien.


D’après l’ONSSA, cette situation constitue une entrave majeure au bon déroulement des opérations d’abattage et de contrôle sanitaire vétérinaire. Ainsi, les déficits relevés concernent le lieu d’implantation, les infrastructures, les équipements, le mode d’exploitation et de gestion, ainsi que le transport des viandes.
Cette situation résulte du manque de moyens financiers mobilisés par les communes pour l’entretien et la mise à niveau des abattoirs, relève l’Office, cité par la publication.
Pour le journal, la réforme de ce secteur est une urgence en raison du poids socioéconomique de la filière des viandes rouges. Et si rien n’est fait dans les plus brefs délais, c’est l’échec annoncé de la stratégie de développement de l’élevage.


C’est ainsi que l’ONSSA , en collaboration avec les services compétents, a élaboré un programme de mise à niveau des abattoirs dans toutes les régions du royaume pour les remettre en conformité avec les normes de qualité requise, fait savoir “Al Ahdath Al Maghribia”.

 

Source : Le360.ma

   

Rôle des EEP dans le développement des investissements et la promotion de l’offre Marocaine

PLF2016

Contribution des EEP au développement régional et à la compétitivité des territoires

Les programmes d’actions des Agences de développement du Nord, du Sud et de l’Oriental visent à contribuer au développement régional et à améliorer l’attractivité du territoire dans un contexte économique globalisé et concurrentiel.

Agence du Nord

En parallèle à la mise en place du nouveau plan de développement 2013-2018, l’Agence a poursuivi la réalisation du Programme global contractuel 2011-2013 (4 MMDH gérés par l’APDN) dont le taux de réalisation a atteint 94% et celui du Programme global 2011-2013 (8 MMDH) a atteint 93%.

L’année 2015 constitue la phase croisière de la nouvelle approche budgétaire et stratégique avec le lancement des derniers plans provinciaux de développement mais également le lancement de la phase II de la planification de la province de Taza, Guercif, Ouezzane, Taounate, Fahs-Anjra, Larache et Chefchaouen.

A cet effet, la planification de la Phase II des plans de Développement Provinciaux repose sur une base de planification pré-identifiée avoisinant près de 1.414 MDH comme contribution de l’Agence avec une contribution propre de 340 MDH en 2015. Cette contribution vise à permettre à l’Agence de poursuivre la réalisation des objectifs de sa plateforme stratégique 2013-2018 comme plateforme pionnière participative, durable et intégrée adoptée dans l’ensemble des provinces pour une contribution de l’Agence avoisinant les deux milliards de Dirhams. L’année 2015 connaitra la poursuite de l’avancement de la Phase I de la stratégie avec un taux d’engagement qui devrait atteindre 90% en fin d’année ainsi que la mobilisation d’importantes quotte- parts des partenaires (effet de levier).

L’année 2014 a été marquée par l’avancement de l’exécution de la première phase de la plateforme stratégique 2013-2017 qui a été officiellement lancée dans 7 provinces à dominante rurale, toutes dotées d’un Plan Provincial de Développement Intégré contractualisé. Quant aux préfectures de Tanger-Assilah, Mdiq-Fnideq et les provinces de

Tétouan et Al Hoceima, les Plans Provinciaux de Développement ont été intégrés dans le Plan Régional de Développement Rural et Urbain préparé par les autorités provinciales.

A fin août 2015, l’ensemble de la planification contractualisée ou en cours de contractualisation dépasse les 8 MMDH. Les engagements pris par l’Agence et ses partenaires dans le cadre de la phase I de cette stratégie avoisinent les 400 MDH dont une part de l’Agence de 310 MDH. Cette phase I mobilise des crédits budgétaires propres de l’année 2013 (130 MDH) et 2014 (260 MDH). Le taux d’engagement des crédits et de réalisation a atteint près de 75% avec des engagements de paiement de 378,4 MDH.

 

Extrait du Projet de Loi de Finances

pour l'Année Budgétaire 2016

Rapport sur les Etablissements et Entreprises Publics

 

Tourisme rural
Un levier de développement des zones montagneuses

Dans le cadre de sa stratégie pour la lutte contre la vulnérabilité et l’intégration économique pour la plateforme 2013-2018, l’Agence du Nord met en place un programme d’appui au pays Jbala à travers le développement du secteur touristique comme levier de développement intégré. - See more at: http://www.lematin.ma/journal/2015/tourisme-rural_un-levier-de-developpement--des-zones-montagneuses/228537.html#sthash.R7IUr0wL.dpuf

Dans le cadre de sa stratégie pour la lutte contre la vulnérabilité et l'intégration économique pour la plateforme 2013-2018, l'Agence du Nord met en place un programme d'appui au pays Jbala à travers le développement du secteur touristique comme levier de développement intégré.

Le programme vise à faire de la culture Jbala un label pour la promotion de la destination touristique à travers la valorisation du patrimoine et la communication sur les offres régionales. Ce programme inclut notamment l'aménagement du site d'Akchour, le Projet du parc intégré de Bouhachem, le développement du pays d'accueil Talassemtane-Chaouen, ainsi que la construction d'un musée de la diète méditerranéenne à Chefchaouen, autant d'initiatives qui visent à valoriser le patrimoine matériel et immatériel exceptionnel de la région.

Le premier projet concerne l'aménagement du site d'Akchour, véritable porte d'entrée du tourisme rural pour le pays Jbala, situé dans la commune rurale de Talembote à moins de trente minutes de la ville de Chefchaouen. Ce site populaire auprès des adeptes de tourisme naturel et écologique au niveau national et international offre des paysages exceptionnels, regroupant des cascades, des bassins d'eaux naturels et des cours d'eau bordés par des forêts variées dans un paysage de montagne. Le site se caractérise également par la présence d'une arche naturelle dans la montagne (Pont de Dieu). Il présente également un important intérêt culturel au cœur du pays Jbala.

Face à l'afflux important des visiteurs, notamment en période estivale, l'Agence a initié un important programme visant la mise à niveau et l'aménagement du site d'Akchour pour faciliter l'accès des visiteurs. Ce programme compte quatre composantes. Le premier concerne l'aménagement de l'accès au site d'Akchour et la construction d'un café et restaurant ainsi que des sanitaires publics.
Le deuxième projet porte sur l'aménagement des circuits de randonnées. Le troisième, quant à lui, projet concerne les travaux de revêtement et de traitement de l'environnement de la route non classée reliant la RP4100 (PK4+500) pour améliorer l'accès à la zone. Le quatrième projet concerne l'achèvement des chantiers en cours.

D'autre part, l'Agence appuie la commune rurale pour la mise en place et le perfectionnement du site de collecte des déchets afin de préserver ce site exceptionnel, particulièrement vulnérable durant l'été. De même, qu'elle accompagne les gites locaux dans la mise à niveau de leurs infrastructures afin d'accueillir les visiteurs.

La première tranche de ce programme a un coût estimé à 10 millions de DH, arrivé aujourd'hui à un stade élevé de réalisation. Il est à noter que ce projet s'inscrit dans un programme plus large visant à valoriser le site d'Akchour et à développer sa connexion à la ville de Chefchaouen, à terme, par un téléphérique.
Le deuxième projet concerne le parc de Bouhachem, patrimoine naturel exceptionnel, qui se caractérise par une richesse naturelle diverse comportant notamment des formations forestières exceptionnelles ainsi que 125 espèces d'oiseaux et mammifères dont 43 sont endémiques, rares ou menacées. Il est classé comme Site d'intérêt biologique et écologique (SIBE). Il dispose également d'une richesse culturelle ancestrale des tribus Jbala caractérisée par des savoir-faire agricoles et artisanaux ainsi qu'une architecture unique. Il se caractérise enfin par sa proximité avec les centres urbains :

2 heures de l'autoroute Casa-Tanger, accessible via l'Ouest depuis Moulay Abdesslam, accessible côté Est depuis Sebta, Tétouan et Chefchaouen depuis le village Al-Hamra.
Pour rappel, le parc concerne 6 communes : Dardara, Tanaqoub, Laghdir, Béni Leit , El Oued et Tazroute, à l'intersection des provinces de Tétouan, Chefchaouen et Larache recouvrant près de 150.000 hectares, avec une population de près de 47.000 habitants.


Développement intégré du parc naturel de Bouhachem

L'Agence du Nord a mis en place, en partenariat avec le groupement de collectivités territoriales du Parc naturel de Bouhachem et la province de Chefchaouen, un projet pilote de développement intégré du parc. Il s'agit d'un projet unique par son caractère inter-provincial et intercommunal qui vise à développer le parc naturel en renforçant les infrastructures de base et en structurant les activités touristiques rurales et responsables. Ce projet s'est basé sur un diagnostic de terrain et une démarche participative et ascendante avec les acteurs locaux. Ainsi, 14 projets concrets et réalisables à court terme ont été identités, ayant un impact direct sur les conditions de vie de la population et la structuration de l'activité économique à vocation touristique pour un budget de plus de 12 millions de DH. Il s'agit notamment de l'aménagement de points d'intérêt touristique (écomusée, ancienne douane de Laghdir, palais Moulay Yazid...), du soutien de l'activité touristique (réfection de gite, formation) ou du balisage de circuits de randonnées. D'autre part, des projets d'amélioration des conditions de vie des populations ont été initiés concernant notamment les services aux populations (acquisition des ambulances et moyens de transports scolaires, désenclavement, etc.). La convention de mise en œuvre de ce programme vient d'être signée par les différents partenaires.

 

   

Page 21 de 26

Autres Actualités dans le Nord

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20