Samedi 17 Novembre 2018
ArabicFrancais (Fr)

TÉTOUAN CÉLÈBRE SON ADHÉSION AU RÉSEAU DES VILLES CRÉATIVES DE L'UNESCO

img1

Le coup d'envoi des festivités commémorant l'adhésion de Tétouan au Réseau des villes créatives de l'UNESCO dans le domaine d'artisanat et des arts populaires a été donné, vendredi, sous le thème "Tétouan: une création à travers les siècles".

Ces festivités, qui se poursuivent jusqu'au 13 mai courant, visent à préserver et à mettre en exergue la richesse et la particularité du patrimoine immatériel de Tétouan, qui se manifeste dans plusieurs métiers artistiques et artisanales, mais aussi dans les traditions de la ville.

Le programme prévoit ainsi une série d'ateliers thématiques axés sur "les perspectives socio-économiques des métiers artistiques et artisanales", "la restauration et la préservation du cadre bâti: le défi des ressources et du savoir scientifique", "la revitalisation de l'industrie du cuir à Tétouan" et "le renforcement des capacités créatives de l'artisan et de l'architecte", en plus d'une prestation scolaire dédiée aux arts populaires traditionnels de Tétouan, d'ateliers sur l'artisanat au profit des enfants et des jeunes et un salon du printemps des métiers et de l'artisanat.

A cette occasion, le gouverneur de la province de Tétouan, Younes Tazi, a souligné que l'adhésion de Tétouan au Réseau des villes créatives de l'UNESCO témoigne de la richesse du patrimoine culturel et civilisationnel de la ville et sera de nature à donner une nouvelle impulsion à son rayonnement culturel, appelant à œuvrer de concert pour concrétiser des actions sur le terrain permettant de développer l'ensemble des métiers et des arts traditionnels et populaires.

De son côté, le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l'Artisanat et de l’Économie sociale, Mohamed Sajid, a fait savoir que cette adhésion permettra de renforcer le rayonnement du patrimoine culturel, architectural et civilisationnel de Tétouan, "qui se veut créative par ses gens, ses littéraires, ses poètes, ses artistes et ses artisans", précisant qu'il s'agit de la première ville marocaine à rejoindre ce réseau mondial.

Pour sa part, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj, est revenu sur la richesse du patrimoine culturel local à travers les siècles, se réjouissant de ces festivités qui braquent les projecteurs sur les différents aspects de cet héritage, aussi bien au niveau du patrimoine culturel que de l'artisanat.

D'après la secrétaire d’État chargée de l'Artisanat et de l’Économie sociale, Jamila El Moussali, le choix de Tétouan en tant que vile créative dans le domaine d'artisanat et des arts populaires est en réalité une distinction à l'artisanat marocain dans son ensemble, soulignant que le premier salon du printemps des métiers et de l'artisanat, inauguré parallèlement à ces festivités, reflète la beauté de la ville et le goût raffiné de ses habitants, ainsi que l'implication des jeunes générations dans la préservation de ce patrimoine.

Le président du Conseil communal de Tétouan, Mohamed Idaomar, a, quant à lui, affirmé que le dossier de candidature de Tétouan pour rejoindre le réseau était "solide et justifié", notant que "cette distinction méritée est le résultat de plusieurs années de contributions du maitre artisan, ce qui a permis à Tétouan d'être la première ville marocaine et la troisième ville arabe à rejoindre le réseau".

Le directeur général de l'Agence de développement du Nord, Mounir Bouyoussfi, s'est plutôt arrêté sur les efforts déployés par son organisme, tout au long de plusieurs années, dans l'objectif de mettre à niveau les médinas de la région du Nord, en particulier la restauration des monuments historiques et la nomination des médinas au niveau international dans la perspective de renforcer la place du Maroc sur la carte du patrimoine immatériel.

Le Réseau des villes créatives de l'UNESCO (RVCU) a été créé en 2004 pour promouvoir la coopération avec et entre les villes ayant identifié la créativité comme un facteur stratégique du développement urbain durable, et ce autour de sept domaines: artisanat et arts populaires, arts numériques, design, film, gastronomie, littérature et musique. 

Articles connexes

Leseco.ma

Le matin 

Al Ahdat info 

Press24

Hibapress

 

Le coup d'envoi des festivités commémorant l'adhésion de Tétouan au Réseau des villes créatives de l'UNESCO dans le domaine d'artisanat et des arts populaires a été donné, vendredi, sous le thème "Tétouan: une création à travers les siècles".

Ces festivités, qui se poursuivent jusqu'au 13 mai courant, visent à préserver et à mettre en exergue la richesse et la particularité du patrimoine immatériel de Tétouan, qui se manifeste dans plusieurs métiers artistiques et artisanales, mais aussi dans les traditions de la ville.

Le programme prévoit ainsi une série d'ateliers thématiques axés sur "les perspectives socio-économiques des métiers artistiques et artisanales", "la restauration et la préservation du cadre bâti: le défi des ressources et du savoir scientifique", "la revitalisation de l'industrie du cuir à Tétouan" et "le renforcement des capacités créatives de l'artisan et de l'architecte", en plus d'une prestation scolaire dédiée aux arts populaires traditionnels de Tétouan, d'ateliers sur l'artisanat au profit des enfants et des jeunes et un salon du printemps des métiers et de l'artisanat.

A cette occasion, le gouverneur de la province de Tétouan, Younes Tazi, a souligné que l'adhésion de Tétouan au Réseau des villes créatives de l'UNESCO témoigne de la richesse du patrimoine culturel et civilisationnel de la ville et sera de nature à donner une nouvelle impulsion à son rayonnement culturel, appelant à œuvrer de concert pour concrétiser des actions sur le terrain permettant de développer l'ensemble des métiers et des arts traditionnels et populaires.

De son côté, le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l'Artisanat et de l’Économie sociale, Mohamed Sajid, a fait savoir que cette adhésion permettra de renforcer le rayonnement du patrimoine culturel, architectural et civilisationnel de Tétouan, "qui se veut créative par ses gens, ses littéraires, ses poètes, ses artistes et ses artisans", précisant qu'il s'agit de la première ville marocaine à rejoindre ce réseau mondial.

Pour sa part, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj, est revenu sur la richesse du patrimoine culturel local à travers les siècles, se réjouissant de ces festivités qui braquent les projecteurs sur les différents aspects de cet héritage, aussi bien au niveau du patrimoine culturel que de l'artisanat.

D'après la secrétaire d’État chargée de l'Artisanat et de l’Économie sociale, Jamila El Moussali, le choix de Tétouan en tant que vile créative dans le domaine d'artisanat et des arts populaires est en réalité une distinction à l'artisanat marocain dans son ensemble, soulignant que le premier salon du printemps des métiers et de l'artisanat, inauguré parallèlement à ces festivités, reflète la beauté de la ville et le goût raffiné de ses habitants, ainsi que l'implication des jeunes générations dans la préservation de ce patrimoine.

Le président du Conseil communal de Tétouan, Mohamed Idaomar, a, quant à lui, affirmé que le dossier de candidature de Tétouan pour rejoindre le réseau était "solide et justifié", notant que "cette distinction méritée est le résultat de plusieurs années de contributions du maitre artisan, ce qui a permis à Tétouan d'être la première ville marocaine et la troisième ville arabe à rejoindre le réseau".

Le directeur général de l'Agence de développement du Nord, Mounir Bouyoussfi, s'est plutôt arrêté sur les efforts déployés par son organisme, tout au long de plusieurs années, dans l'objectif de mettre à niveau les médinas de la région du Nord, en particulier la restauration des monuments historiques et la nomination des médinas au niveau international dans la perspective de renforcer la place du Maroc sur la carte du patrimoine immatériel.

Le Réseau des villes créatives de l'UNESCO (RVCU) a été créé en 2004 pour promouvoir la coopération avec et entre les villes ayant identifié la créativité comme un facteur stratégique du développement urbain durable, et ce autour de sept domaines: artisanat et arts populaires, arts numériques, design, film, gastronomie, littérature et musique.