Samedi 18 Août 2018
ArabicFrancais (Fr)

Lancement du projet colossal «Cité Mohammed VI Tanger Tech»

 

viste-R-tanger

 

SM le Roi Mohammed VI a présidé lundi au Palais Marchane à Tanger, la cérémonie de présentation du projet de création de la ville nouvelle «Cité Mohammed VI Tanger Tech» et de signature du protocole d’accord y afférent.

 Cette nouvelle ville contribuera de manière harmonieuse à l’essor rapide des activités économiques à Tanger et dans toute la région nord du Royaume. Elle est le fruit de la politique de diversification des partenariats économiques avec plusieurs pays, menée par SM le Roi et ce, à la faveur des nombreuses visites effectuées par le Souverain en Chine, en Russie, en Inde et dans plusieurs pays d’Afrique.

 Au début de cette cérémonie, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, M. Moulay Hafid Elalamy, a présenté devant le Souverain les grandes lignes de ce projet phare.

 Ce projet, porté par la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, le Groupe chinois HAITE et BMCE Bank, illustre un exemple de partenariat sino-marocain, dont les effets dépasseront le cadre de la région et bénéficieront à l’ensemble du Royaume, a ajouté M. Elalamy, notant que «sous les Hautes directives de SM le Roi, le Plan d’accélération industrielle 2014-2020, a réservé un axe stratégique majeur au partenariat industriel Maroc-Chine», dont le moment fort a été la dernière visite royale en Chine, en mai 2016.

 Et d’ajouter que la République populaire de Chine a développé un savoir-faire incontestable en matière de villes industrielles et de Smarts Cities, soulignant que ces villes intègrent de façon harmonieuse les zones industrielles, commerciales, résidentielles, de services publics et de loisirs, les dotant des technologies les plus évoluées et les plus adaptées aux exigences de la vie moderne.

 La création de la ville nouvelle «Cité Mohammed VI Tanger Tech» permettra la création de milliers de postes d’emploi, le transfert de technologies de pointe, le renforcement de la compétitivité de l’économie nationale, tout en érigeant la région en plateforme économique à l’échelle continentale et internationale, a indiqué M. Omari, président du Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

 Pour sa part, le président du groupe HAITE, M. Li Biao a souligné que «parmi les destinations qui s’ouvrent aux opérateurs chinois, le Royaume du Maroc occupe une position de premier plan, compte tenu de la solidité de ses multiples atouts».

 En effet, la stabilité politique et sociale du Maroc, avec une économie ouverte sur le monde et déjà bien intégrée dans les chaînes de valeur internationales, consolidée par l’installation de leaders industriels mondiaux, dans des secteurs exigeant qualité et compétitivité, font du Maroc l’environnement d’investissement idéal pour les investisseurs chinois, a-t-il dit.

 Le choix de Tanger pour accueillir ce projet ne doit rien au hasard, a affirmé M. Biao, faisant observer que ce choix est dû à la position géographique centrale de Tanger, à la croisée des continents, à seulement 15 kilomètres de l’Europe et avec une infrastructure notoire, à savoir le port Tanger Med et les installations associées.

 Ce nouveau projet consiste globalement à construire un pôle économique capable de générer 100.000 emplois, dont un minimum de 90.000 emplois bénéficiera aux habitants de la région de Tanger. Ce projet, soutenu par l’industrie de fabrication de pointe et l’industrie moderne de service, implique l’installation de 200 compagnies chinoises opérant dans la fabrication automobile, l’industrie aéronautique, les pièces de rechange d’aviation, l’information électronique, les textiles, la fabrication de machines et d’autres industries. L’investissement total des entreprises dans la zone après dix ans atteindra 10 milliards de dollars, a précisé M. Biao.

 Intervenant à cette occasion, le président de BMCE-Bank Of Africa, M. Othman Benjelloun a affirmé que ce projet contribuera à  »la renaissance de la route de la soie, si chère à nos partenaires et amis chinois. Cette route passera désormais par Tanger et, à partir de cette terre bénie, vers le reste du continent africain, l’Europe et l’Amérique ».

 « Nous sommes fière d’être partie prenante à cette grande initiative qui devrait attirer aux portes de l’Europe, sur un site mitoyen du plus grand port de transbordement d’Afrique -Tanger Med- plus de deux cents entreprises chinoises et, ainsi créer, plusieurs dizaines de milliers d’emplois », a dit M. Benjelloun.

 La Cité Mohammed VI Tanger Tech sera développée sur 2.000 hectares. Selon le plan préliminaire, la construction sera étendue sur une période de 10 ans visant à créer une nouvelle ville intelligente internationale, intégrant l’écologie, l’habitabilité, l’industrie, la vitalité et l’innovation, avec un investissement total établi à 1 milliard de dollars.

 Cette cité, qui avait fait l’objet d’un mémorandum d’entente pour la création d’un parc Industriel et Résidentiel au Maroc entre le Royaume et le groupe chinois HAITE, signé lors de la visite royale en Chine, constituera un hub économique de premier plan vers les pays africains et consolidera la vision royale pour une coopération sud-sud mutuellement bénéfique.

 Sa Majesté le Roi a, par la suite, présidé la cérémonie de signature du protocole d’accord relatif à la création de cette nouvelle ville économiquement intégrée à Tanger. Il a été signé par MM. Mohamed Hassad, ministre de l’Intérieur, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, et par délégation du ministère de l’économie et des Finances, Mohamed Yacoubi, wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Ilyas Omari, Othmane Benjelloun, et M. Li Biao.

 Cette cérémonie, marquée par la projection d’un film institutionnel sur les différentes étapes de réalisation de la Cité Mohammed VI Tanger Tech, ainsi que la présentation d’une maquette de ce projet avant-gardiste, s’est déroulée en présence notamment du Chef du gouvernement, de Conseillers de SM le Roi, de membres du gouvernement, d’une importante délégation chinoise, et de plusieurs hautes personnalités.

 Le projet de création de la nouvelle ville « Cité Mohammed VI Tanger-Tech » est une concrétisation du partenariat stratégique qui lie le Royaume du Maroc et la République populaire de Chine.

 Cette Cité nouvelle génération, dont le mémorandum d’entente a été signé le 12 mai 2016 entre le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et le groupe industrielle chinois Haite, sera érigée à Tanger, la ville portuaire historique du Maroc, se trouvant à un carrefour stratégique du Commerce mondial.

 Intégrant l’industrie à l’urbanisme, à l’intermodalité des transports maritime, autoroutier et ferroviaire et à l’environnement, ce projet phare sera réalisé en trois phases et portera sur une superficie globale de 2.000 hectares.

 La première phase (500 Ha) consiste en l’aménagement d’un espace résidentiel intelligent et d’une zone de service intégrée abritant dix secteurs d’activité (aéronautique, automobile, E-commerce, télécommunication, énergies renouvelables, transport, électroménagers, industrie pharmaceutique, production de matériaux, agro-alimentaire). Avec l’expérience internationale avancée de Haite Group dans le domaine de l’industrie aéronautique, Tanger se transformera en un centre de production et de formation pour les métiers de l’aéronautique. De même pour le secteur de l’automobile, l’expérience réussie de Tanger dans ce domaine et la disponibilité d’une main d’œuvre qualifiée alliée à une technologie et au savoir-faire chinois dans les matériaux auxiliaires bénéficieront, sans nul doute, à l’industrie automobile mondiale.

 Le développement du E-Commerce et de télécommunication permettra au Royaume de s’appuyer sur l’expertise chinoise pour faire du Maroc une plateforme très prometteuse du E-Commerce et de production du matériel de télécommunication.

 La première phase cette nouvelle ville à Tanger abritera également une zone d’industrie des équipements pour les énergies renouvelables, dédiée à la production des équipements hydro-électriques, thermiques, éoliens, solaires, organiques, et du matériel pour les réseaux électriques, et une zone d’industrie des équipements de transport qui répondra au besoin croissant en infrastructures routières et ferroviaires de l’ensemble du Continent africain.

 Elle comprendra aussi des zones de production d’électroménager et de quincaillerie, de fabrication d’équipements pharmaceutiques, d’industrie agro-alimentaire et de production de matériaux (acier, ciment, verre, textile).

 Ces différentes zones, qui concilieront entre productivité chinoise et sensibilité marocaine à l’environnement pour le développement d’une industrie propre et compétitive, devront bénéficier du statut du Maroc de membre de l’Organisation Mondiale du Commerce et des multiples accords de libre-échange signés par le Royaume.

 La deuxième phase consiste, pour sa part, en l’aménagement sur 500 hectares d’une zone franche logistique comportant plusieurs projets et ouverte sur l’Asie, l’Europe et l’Afrique.

 La 3ème phase porte sur 1.000 hectares et prévoit le développement d’une zone d’affaires qui favorisera l’installation de grandes entreprises multinationales.

 La future « Cité Mohammed VI Tanger-Tech » pourra accueillir environ 300.000 personnes. Elle générera un chiffre d’affaire annuelle pouvant atteindre 15 milliards de dollars et des recettes fiscales de 300 millions de dollars.

 Le développement de cette Cité favorisera l’emploi de 100.000 personnes, ce qui améliorera considérablement le taux d’activité. De même, 6.000 personnes hautement qualifiées seront formées annuellement, ce qui renforcera le développement des innovations technologiques.

 Tout cela contribuera sensiblement au développement de l’Industrie nationale, et de l’exportation de la science et de l’énergie. Avec l’ensemble de ces avantages, à savoir les ressources naturelles, l’emplacement géographique, le transport et les ressources humaines, la nouvelle Cité attirera plusieurs opérateurs privés internationaux pour investir et entreprendre des activités au Maroc. La Cité sera leur locomotive de développement vers l’Europe et l’Afrique.

  

Source : La nouvelle Tribune